Prenez votre place en avance sur la nouvelle plateforme OAFF de films africains ! Cliquez ici

VALIDÉ, une véritable tuerie ?

 

Après Les Kaïra, Pattaya et plus récemment Taxi 5, Franck Gastambide, ajoute LA bonne corde à son arc avec «Validé» une série, signée CANAL +, qui suit l’ascension fulgurante d’un jeune rappeur.

 "La bonne recette pour que ça fonctionne"  

Pour commencer prenez un jeune de quartier, mettez lui son plus beau survet’ Adidas, ajoutez-lui un joint dans la main droite et saupoudrez le tout d’un environnement hostile sur fond de trafic de drogue. Du déjà-vu me direz-vous ? Mais c’était sans compter sur un ingrédient secret, celui qui lui donne ce goût si particulier. Trempez le jeune dans le rap, mettez le tout dans le four et ça nous donne l’histoire de Clément aka Apash, dealer le jour, rappeur la nuit, qui va réussir à percer en défiant le grand Mastar sur Planète Rap (émission phare de Skyrock). Accompagné de ses acolytes William l’ambitieux, interprété par Saïdou Camara et Brahim (Brahim Behloul) le rigolo, le trio tentera de s’introduire non sans mal dans l’industrie du rap. On y est ! Tous les clichés sont assemblés, vous disposez maintenant de tous les ingrédients pour faire de votre recette un véritable régal. 

"L’art de la narration divertissante"  

Une histoire rythmée, haletante, avec une bonne dose de suspens à chaque épisode, valsant entre l’humour et le drame, tendresse et gros clashs; Validé nous plonge avec brio dans les méandres de l’industrie musicale. L’adrénaline à son paroxysme pousse à la consommation rapide des épisodes empêchant le spectateur qui s’y risquerait de poser un instant de réflexion sur ce qu’il visionne. La force de ce show, grandement inspiré de la série américaine Empire, réside dans le jeu d’acteur presque ‘trop’ réaliste des protagonistes ainsi que dans la mise en valeur de nouveaux talents tels que le rappeur Ha- tik (Apash), comédien novice et de ses deux compères inconnus au bataillon Saïdou Camara (William) et Brahim Bouhlel (Brahim). On retient tout de même la prestation de Sabrina Ouazani dans le rôle d’Inès la directrice artistique au caractère bien trempé mais aussi et surtout le fabuleux Adel Bencherif (Mounir) dont la performance est saisissante. Réalisateur, mais aussi comédien dans le rôle de Dj SNO, le producteur « gentil mais pas trop », Franck Gastambide s’immisce une nouvelle fois dans l’univers urbain et frappe fort pour sa nouvelle série produite par Canal +.

Aussi, avec tous ces éléments, difficile de ne pas valider une série, approuvée d’office par toute l’industrie du divertissement. De Kool Shen à Lacrim, Ninho, Chris Macari, Soprano, Mac Tyer, Cut Killer, Busta Flex.. on retrouve une liste de « grosses têtes » issues de toutes les générations, qui raviront les fans du genre; et qui permet à la série d’asseoir sa crédibilité en s’adressant à un public de puristes comme de novices.

Dans cette série, tout va très vite et puisque plus rien ne fonctionne sans une bonne dose de buzz, la série se dote de mastodontes en la matière tels que Fred Musa (Skyrock) et Cyril Hanouna (Touche pas à mon poste). En véritables stratèges, ils useront de leur pouvoir pour asseoir et agrémenter l’engouement fulgurant suscité par Apash. Du pouvoir médiatique à l’influence des réseaux sociaux, rien n’est laissé pour compte et tous les rouages d’une industrie bien ficelée y sont abordés, ou presque. 

 

Tous les éléments sont réunis pour faire de Validé un excellent divertissement. On regrette cependant une faible prise de risque scénaristique et une photographie légèrement fade qui aurait méritée d’être un peu plus clipée. La série a tout de même le mérite d’ouvrir le champ des possibles et on s’attend prochainement à voir fleurir des comédies musicales hip hop dans le paysage audiovisuel. Lorsque l’on sait que le rap est le genre le plus rentable de l’industrie musicale en France, comment ne pas surfer sur la vague ? Alors que le succès des Misérables de Ladj Ly, résonne encore, que les formations de cinéma orientées « zones prioritaires »* se font la part belle et que les sneakers se vendent comme des petits pains; Dieu qu’il fait bon de s’insérer dans « l’industrie de la street »... Bref, on ne fera pas les rabats-joie, on valide et on attend impatiemment la saison 2. 

* Ecole Kourtrajmé, 1000 visages 
  Crédit photos CANAL +

 

Validé, disponible depuis le 20 mars sur Canal +

Cécilia Agnes-Keita - Rédactrice Cinewax