“ Un air de Kora “ : Une histoire d’amour interdite

La réalisatrice Angèle Diabang brosse un tableau intimiste des moeurs sénégalaises avec cette fable musicale sur fond d’interdits religieux.

Image tirée d'"Un air de Kora", Angèle Diabang

“Un poisson peut tomber amoureux d’un oiseau. Mais où vont-il faire leur nid ?”. C’est avec beaucoup de poésie qu’Hubert Koundé, acteur et co-auteur du scénario, présente le court-métrage “Un air de Kora”. Vingt-trois minutes qui retracent l’histoire de Salma, jeune sénégalaise musulmane qui rêve secrètement de jouer de cette harpe mythique d’Afrique de l’Ouest, traditionnellement réservée aux hommes. Jusqu’à ce qu’un après-midi, son père lui demande d’aller récupérer son instrument au monastère de Keur Moussa, un petit village au Nord de Dakar. C’est là qu’elle fera la rencontre du frère Manuel, un jeune moine virtuose auprès de qui elle commence à prendre des cours de Kora. Entre notes de musique et regards troublants, une proximité s'installe. Une liaison dangereuse et mélodieuse.

Traditions et religions

Avec ce court-métrage intimiste, Angèle Diabang nous transporte dans un univers où les traditions et les religions l’emportent sur les relations sentimentales. “Le but du cinéma n’est pas nécessairement de faire bouger les lignes” assure Hubert Koundé. “Un air de Kora” n’a donc pas vocation à choquer, mais plutôt à “planter une graine” explique l’acteur qui s’est fait connaître dans le célèbre “La Haine” de Mathieu Kassovitz.

Ce n’est pas la première fois qu’Angèle Diabang aborde la question du dialogue Islamo-Chrétien. En 2007, dans le documentaire “Sénégalaises et Islam” la réalisatrice montrait déjà une société fortement marquée par le poids des traditions, qui régissent la vie des individus. Or pour elle,“ l’humain devrait être plus important que l’ethnie ou la religion”.

Poulain de Bronze

“Un Air de Kora”, qui est distribué par Sudu Connexion  a reçu le poulain de bronze lors de la dernière édition du Fespaco en mars dernier.  Il a été diffusé à Paris dans le cadre du “Fespaco en France” organisée par Cinewax et quatre autres associations.

 

Soum Gassama - Rédactrice Cinewax

 

Laisser un commentaire