“L’Appel à la Danse” : là où modernité et tradition s’entrecroisent

 

L'appel à la danse The call of danse cinewax oaff 2021 Diane Fardoun

 

L’Appel à la Danse au Sénégal est un documentaire réalisé en 2018 par le collectif français ScreenSkin, composé de Diane Fardoun, Hugo Bembi, Pierre Durosoy et Julien Villa. Premier volet d’une série de films documentaires sur la danse dans le monde d’aujourd’hui, L’Appel à la Danse illustre le syncrétisme entre danses traditionnelles et danses urbaines dans les nouvelles créations sénégalaises, tout en faisant le récit d’un voyage au cœur du quotidien d’une jeunesse passionnée.

Khoudia Touré, danseuse de funk sénégalaise, docu l'appel à la danse au Sénégal


Le documentaire L’Appel à la Danse montre l’essor des nouvelles formes de danses qui s'inspirent des traditions de la Teranga. De longues et poétiques scènes de danses se juxtaposent aux témoignages de danseurs, chorégraphes, griots, musiciens et photographes, permettant de saisir les différentes formes et fonctions que recouvre la danse au Sénégal. Tel un long clip musical, le film invite les spectateurs à s’immerger dans la culture sénégalaise, accompagnés de la voix off d’un homme qui narre le récit de cet essor à la manière d’un griot.

La danse, miroir d’une société 

Au Sénégal, il existe autant de danses que d'ethnies. En plus des danses traditionnelles, on retrouve les danses modernes et occidentales comme le hip-hop new style, le funk et le krump, dont une scène importante s’est constituée au fil des années à Dakar mais aussi au niveau national. Ainsi, le film tente de mettre en exergue la pluralité des styles de danses et la manière dont les jeunes danseurs intègrent l’énergie des danses traditionnelles dans leurs pratiques hip-hop. 

Car la danse joue un rôle important dans la construction des identités et des représentations sociales au Sénégal. Elle est omniprésente au sein de la société et ne se cantonne pas au seul domaine de l’art. A l’image du sport national, la lutte sénégalaise, qui comporte des chorégraphies de présentation composées de danses traditionnelles qui divergent en fonction de l’ethnie de chaque lutteur. Ce qui confère à ce sport une dimension artistique et identitaire. Et comme le résume Moussa, un préparateur physique de lutte interrogé dans le documentaire :

Quand on dit “lutte” on dit “la danse””.

La danse constitue donc au Sénégal un marqueur social et identitaire fort car elle peut renseigner l’auditoire sur l’ethnie et la catégorie socio-professionnel des danseurs. 

lutteurs sénégalais docu l'appel à la danse


La danse comme exutoire 

Le documentaire donne à voir et à entendre les points de vues des danseurs et acteurs du monde de la danse sur ce que signifie être danseur au Sénégal, un pays où la danse continue à être considérée comme un divertissement et non un vrai métier. Les réalisateurs arrivent à pousser les danseurs à se livrer et à faire preuve de réflexivité sur leur pratique artistique et sur la place qu’occupe la danse dans leur vie.

Apparaît ainsi de nombreuses réflexions sur les bienfaits de la danse comme vecteur de lien social et d’harmonie entre les personnes. Mais une autre réflexion est commune à l’ensemble des danseurs interrogés : l’aspect cathartique de la danse. En effet, la danse paraît comme étant un moyen pour ces hommes et ces femmes d’exprimer leurs émotions et de se sentir véritablement libres. Elle offre aux danseurs la grande réconciliation de l'esprit et du corps, de la pensée et de l'instinct, par la libération du geste et l'abandon au rythme. Et cela est particulièrement vrai pour Peter Claver Belleka, aka Dexter, un jeune danseur de krump qui témoigne que la danse l’a amené à sortir de la violence en lui permettant de canaliser sa colère et de l’exprimer de manière saine. Et lorsque que l’on voit bouger Dexter dans les scènes de danses qui lui sont consacrées dans le film, on ne peut que constater sa puissance, son apaisement et son sentiment de liberté. Ce dernier est magnifié par un cadrage et une photographie des plus réussis. 

 

L'Appel à la danse est disponible sur la plateforme Cinewax OAFF.

 

Danse et spiritualité 

Le documentaire aborde également le thème de la spiritualité à travers la question des rites et des origines des danses traditionnelles du Sénégal. Ces dernières sont la manifestation de l'âme, elles peuvent rendre compte de diverses situations personnelles ou collectives, et permettent d'interpréter des figures vivantes, défuntes, animales ou totémiques. Leurs dénominateurs communs et leurs caractères sont orientés et dédiés à un rituel, à une tradition ou plus généralement à une divinité. Dès lors, ces danses constituent une passerelle entre le monde des vivants et celui des esprits, comme en témoignent les propos de Germaine Acogny, chorégraphe et fondatrice de l’école de danse Des Sables à Dakar :


Les danses africaines, c’est un dialogue permanent avec le cosmos”.


Les jeunes danseurs transfèrent ce caractère sacré des danses traditionnelles dans les danses modernes telles que l’afro pop. 

Le film décrit donc les liens qu'entretiennent danse et spiritualité au Sénégal, en écho à cette affirmation de l’écrivain et homme d'État sénégalais Léopold Sédar Senghor :

"En Afrique, c'est la danse qui est au commencement de toutes choses. Si le verbe l'a suivi, ce n'est pas le verbe parler, mais le verbe chanter, rythmer. Danser, chanter, porter des masques constituent l'art total, un rituel pour entrer en relation avec l'indicible et créer le visible". 

En d’autres en termes, la danse au Sénégal, et plus généralement en Afrique, constitue une démarche qui conduit les danseurs et les danseuses au plus profond d’eux-mêmes, à la découverte de leurs qualités latentes, à l'épanouissement de leur personnalité, à la fois sur le plan physique, intellectuel, social, thérapeutique et spirituel.

L'appel à la danse diane fardoun the call of dance cinewax oaff platform 2021 film africain

 

L’Appel à la Danse nous emmène à la rencontre des danses hybrides du Sénégal, à la croisée entre modernités et traditions. Par le prisme de la danse, le documentaire tente de rendre compte des mutations de la société sénégalaise et capture la beauté des mouvements tout en faisant le portrait de danseurs touchants qui expriment leur besoin vital de danser. C’est une belle mise en bouche qui donne envie de découvrir le second volet de la série de films documentaires sur la danse du collectif ScreenSkin.

Le documentaire L’Appel à la Danse fait partie de la programmation spéciale Sénégal au mois de mai de Cinewax.

 Il est disponible sur la plateforme Cinewax OAFF
Abonnez-vous pour accéder à l'ensemble des films.

 poster affiche l'appel à la danse cinewax the call of dance diane fardoun senegal

 

Dialla Konate - rédactrice Cinewax

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés

français fr