Baloji, un rappeur habile et engagé

Son premier album « Hôtel Impala » est certifié disque d’Or en Belgique, ses deux albums suivant : « Kinshasa Succursale » et « 137, Avenue Kaniama » sont unanimement salués par la critique. Baloji fait ses preuves et s’inscrit résolument parmi les rappeurs, réalisateurs de talent.

« Il faut être libre d’esprit. »

Un artiste multipotentialiste 

Poète, rappeur, réalisateur et directeur artistique de films, Baloji (homme de science en Swahili) est un artiste multipotentialiste, originaire de Lumbumbashi située au sud-est de la République démocratique du Congo. Il grandit en Belgique. À l'âge de 15 ans, il décide de quitter l’école pour se consacrer entièrement à la musique. Au début des années 1990, il forme le groupe de RAP Belge, Starflam, avec lequel il sort plusieurs albums. Par la suite, sous le nom de Baloji, il poursuit une carrière solo et sort en 2008 « Hôtel Impala », un album réponse à une lettre de sa mère.

La poésie est son moteur 

Emprunt de poésie, Baloji compose une musique à la fois vibrante et visuelle. Il nous transporte dans son univers musical à la croisée entre clips vidéos et courts-métrages, tout en abordant des sujets liés aux questions d'identité, mais également à son enfance, à son rapport au monde ou encore, à l’Afrique.

Avec « Zombies », l’artiste nous transporte dans un Kinshasa complètement imaginé, ou l’on passe d’un salon de coiffure à une discothèque et, où, tout plein d’images très esthétiques viennent s’entrechoquer. Réalisé par l’artiste lui-même, ce film est une traversée dans un monde futuriste où le rappeur s’interroge sur le lien que l’on entretient avec nos smartphones, devenant presque une excroissance de notre main.

Une culture afro prononcée

Baloji se forge très tôt une culture musicale variée et n'hésite pas à allier musique de variété et musique traditionnelle congolaise à travers un imaginaire gorgé de traditions et folklores africains. L’artiste parsème sa musique d'envolées dystopiques, matinées de satire sociale. Et ses clips, prolongement de sa musique, sont de véritables persées cinématographiques. «Je crée pour m’amuser» affirme t-il.

 

Retrouvez l'artiste Baloji :

au Festival Africolor,

le 29 Novembre 2019, salle Jacques Brel à Pantin

le 30 Novembre 2019 au centre culturel Robert Desnos à Ris Orangis 

le 02 Juin 2020 à la Philharmonie de Paris

Univers complet de l’artiste : https://www.baloji.com 

 

Soum Gassama, rédactrice Cinewax




Laisser un commentaire