La nouvelle plateforme OAFF de films africains arrive ! Cliquez ici

Les Fahavalo de Madagascar, résistants de la liberté

FAHAVALO : MADAGASCAR 1947, la liberté à tout prix

fahavalo

Récompensé aux dernières Journées Cinématographiques de Carthage, ‘Fahavalo’ est un film essentiel qui nous permet de ne pas oublier notre propre histoire.

 

LA LIBERTÉ À TOUT PRIX

« Je vais essayer de vous raconter l’histoire. Il y a des choses que je ne peux pas oublier… »

Les ‘Fahavalo’, ce sont les ennemis du gouvernement français’, les combattants pour la liberté, les rebelles pour l’indépendance malgache. Le général de Gaulle leur avait fait espérer l’indépendance s’ils acceptaient de combattre aux côtés de l’armée française pendant la seconde Guerre Mondiale. La guerre terminée, la promesse n’est pas tenue. Madagascar restera française. En 1947, en réaction à ce pacte non respecté, une résistance anticolonialiste se forme afin d’arracher l’indépendance de force. L’insurrection a été réprimée dans le sang.

Toutes les victimes malgaches gisent aux côtés des victimes de Sétif en Algérie, de celles de mai 67 en Guadeloupe et bien d’autres... 1947 résonne tristement avec d’autres événements survenus dans les colonies qui ont longtemps été dissimulés, et dont les blessures n’ont jamais pu cicatrisés faute de reconnaissance.

A travers ce documentaire, Marie-Clémence Andriamonta-Paes ravive l’Histoire et mène l’enquête dans sa propre famille en mêlant interviews et images d’archives. Il est frappant de découvrir une île qui n’a pas perdu de sa majesté avec son paysage vallonné et ses forêts luxuriantes. Seul le paysage n’a pas changé après toutes ces années. Les survivants, quant à eux, portent le poids des ans et sont les derniers détenteurs d’une mémoire qui disparaît. On a la curieuse impression que l’histoire de 1947 serait morte avec eux si elle n’avait pas été captée par l’œil de la caméra.

« Fahavalo » est un film qui est peut-être aussi essentiel pour le spectateur que pour les survivants dont la parole peut enfin être libérée. La révolte est contagieuse et, nous, spectateur, en sortant du film, avons aussi envie de crier : Assez !

Car le bilan d’aujourd’hui n’est pas très encourageant. Comme le soulève un des survivants de l’insurrection, plus personne ne cultive sur les terres malgaches. La culture est réservée à la vanille, car plus rentable et plus exportable. Comment entamer la construction d’un pays, quand même ses propres terres ne lui appartiennent plus ? Il reste encore du chemin à faire 59 ans après l’indépendance. Fahavalo nous montre que le combat est loin d’être gagné.

Et maintenant ? Maintenant Marie-Clémence Andriamonta-Paes a entamé la première étape : reconnaître la blessure et tenter de la cicatriser, afin, ensuite, de pouvoir avancer.

 

Actuellement en salles : (toutes les séances ici )

Projection spéciale avec Cinewax ce vendredi 15 février à l’espace st-michel cliquer ici

 

Ecrit par Chloé Ortolé

Suivez Cinewax sur facebook

English en